Cadets

Troisième et quatrième match

le mardi 01 juillet

Deux matchs en deux semaines pour les Léopards ont montré deux facettes de la jeune équipe cadet. Le déplacement à Villeneuve d’Ascq a été un match à sens unique. Le score sans appel de 70 à 6 a permis à chacun de briller dans le match et dans tous les secteurs du jeu face à une équipe des Vikings bien diminuée. Il n’y a pas grand chose à ajouter de plus sur cette rencontre.

Un autre match attendait les Léopards dans cette série de deux déplacements en deux week ends consécutifs (seule équipe de la poule à avoir cette configuration). Si la campagne de Caen s’est finie par une victoire 20 à 6, ce fut une victoire de la peur pour les Léopards même si le score ne le reflète pas forcément. Tout avait bien commencé pour des cadets très en forme face à une équipe rugueuse de Caen dont les progrès constants en font toujours un adversaire à ne pas sous estimer. Les Léopards ouvrent la marque très vite après avoir récupéré la balle sur les 20 yards de Caen. Une passe précise d’Étienne pour Jean finit à quelques yards de la terre promise. Les derniers yards seront gagnés à la course par Brice pour les 6 points. Il réussira la transformation. 8-0
Le vent empêche de développer un jeu de passe précis et chaque yard est âprement gagné dans un match physique où ce sont les Conquérants qui dominent sur les contacts. Néanmoins les Léopards avancent et marquent une deuxième fois dans le premier quart temps  par Brice sur un gain court. La transformation échoue. 14-0. L’euphorie est sur le banc de touche et malgré les rappels des coachs, le match semble gagné pour des cadets bien trop naïfs. En effet, une magnifique reverse trompe l’intégralité de l’escouade rouennaise. Même si la transformation échoue, Rouen ne mène plus que 14 à 6. Un drive infructueux de Rouen où l’attaque est bousculée comme jamais redonne la balle aux Conquérants. Les Léopards sont nerveux et la mi-temps est sifflée avec soulagement. Les cadets de Rouen ont les yeux hagards. Le doute est omniprésent et le head coach leur rappelle les règles de ce sport : une victoire se prend, elle n’est jamais donnée. Si Rouen prétend être une bonne équipe, à elle de le prouver.
Trop d’approximations minent leur jeu pour être compétitifs. Ils n’ont pas imposé leur rythme en attaque et la défense est prise en défaut de placement sur des moments clés.

La seconde mi-temps commence par une douche froide. Caen tente crânement sa chance et tape un onside kick qui passe entre les mains d’un rouennais mais qui n’est pas contrôlé. Caen récupére et trois jeux plus tard marque sur une superbe running pass pour un receveur caennais seul qui, lui, attrape le ballon pour aller marquer. La transformation échoue. Rouen ne mène plus que 14 à 12.
C’est alors que le déclic va avoir lieu. C’est alors que 9 rouennais sérieux et appliqués vont jouer leur football. Neuf rouennais qui malgré les erreurs passées vont produire le meilleur football du match. Etienne par ses passes précises et superbement dosées retrouve alors Jean. Kévin va alors zigzagger jusqu’à la end zone pour un TD!……..refusé très légitimement pour un holding. La frustration monte. Pourtant l’attaque ne va pas se démonter et elle va continuer son drive grâce aux courses de Mathias et d’une ligne enfin percutante.
Etienne marquera sur course pour enfin donner une bouffée d’air 20-12 aux rouennais.
La défense va aussi monter son niveau de jeu et le banc Léopards reprend des couleurs.
Sur le drive suivant, Kévin, derrière les blocs de Lucas et de Clément va trouver la zone d’en but après de longues courses. 26-12.
La défense va neutraliser une fois de plus Caen en infligeant plusieurs pertes de terrain et Étienne s’agenouillera en Victory Formation.
Kévin a reçu le prix du meilleur joueur offensif pour avoir porté l’attaque terrestre de Rouen en deuxième mi-temps et ce, sans coup férir. Fatigué et harassé, il a été secondé par un François plein de hargne et de volonté. Les receveurs ont eu des hauts et des bas mais ils ont su se rattraper à un moment où un autre, amenant leur pierre à l’édifice, comme Lucas et Jean.

Ce fut un match bien éprouvant d’occasions ratées pour Rouen. Ce sont 24 points (quatre TD) que les jeunes pousses ont laissé s’enfuir de par leurs petites erreurs qui, accumulées, ont changé la physionomie du match. Ce dernier fut  bien instructif et il a révélé la volonté (et le visage) de chacun ainsi que sa place au sein de l’équipe. On a pu voir les réactions de tous face à l’adversité et aux difficultés, montrant les joueurs qu’ils seront quand leur formation sera finie. Il faudra mettre à profit cette expérience fraîchement acquise dans deux semaines quand les Léopards se déplaceront chez les très dangereux Spartiates pour jouer la première place de la poule.

Un grand merci aux parents d’Hugo, à Éric pour sa fidélité, au papa de Lucas (qui a trouvé sans problème), à Tita, Sulli (malgré son deuil capillaire), à la maman de Brice et au papa de Victor.